Association d'éducation populaire et de solidarité internationale
Contactez-nous : 06-67-64-58-58 terresenmelees@gmail.com

Actualités

Madagascar : une destination FADA!

Terres en Mêlées a lancé cet été le RAID FADA 2015, du 25 juin au 14 juillet, première édition d’un projet qui s’inscrit dans la continuité du programme « Enfant & Développement ».

En 2014, Terres en Mêlées démarre le programme « Enfant & Développement  » dans la région de Tuléar qui donne la possibilité à des milliers d’enfants de jouer, de s’épanouir et d’être en bonne santé en leur inculquant les valeurs du sport telles que le respect, la mixité sociale et de genre, le partage et l’amitié. Grâce à ce programme, les enfants apprennent à jouer au rugby et sont sensibilisés sur les gestes d’hygiène de base et les bons réflexes à adopter pour respecter l’environnement.

C’est dans la continuité de ce programme que Terres en Mêlées a mobilisé une équipe de 15 jeunes français, avec parmi eux des joueurs et joueuses de rugby, tous liés par les valeurs de la solidarité, du partage et de la rencontre interculturelle pour un Raid FADA, entre terre et mer, avec comme outil de rencontre le ballon ovale : le rugby et ses belles valeurs.

10985027_482419238590395_3702696815888158589_n

——————

Départ de Marseille le 25 juin, direction Antananarivo (Madagascar).

Malgré la grève de la compagnie Air Madagascar, nous arrivons enfin sur le sol malgache avec une température extérieure de 15°C. Nous sommes sur les hauts plateaux à 1200 mètres d’altitude et c’est l’hiver. Le passage aux formalités administratives est plutôt rapide et après avoir récupéré nos bagages, dont 15 sacs de matériels sportifs en plus des bagages des participants, nous prenons la route de la maison de Roberto qui nous héberge à Antananarivo.

2

——————

Le 26 juin, nous nous entrainons sur la pelouse du stade du RCT (Rugby Club de Tana) en prévision de la rencontre internationale de rugby féminin qui doit se dérouler le lendemain. Nous sommes en banlieue de Tana, sur une parcelle de terrain, coincée entre les rizières et les marécages. Devant l’en-but, des canetons font la promenade. C’est ici que l’association Pachamama entraine tous les mercredis et les samedis des jeunes de 4 à 17 ans issus de ce quartier pauvre du sud de la capitale. En partant nous leur laissons un jeu de maillots aux couleurs du club en gage de remerciement et de souvenir.

——————

Le 27 juin, nous nous levons à l’aube, direction le Stade Andohatapenaka. Les équipes françaises de Terres en Mêlées, féminine et masculine, représentées par les joueurs des clubs de Blagnac (BSORF), du TCMS Rugby Féminin et de l’UA Saverdun, affrontent les équipes du championnat national de rugby à 7 malgache en préparation pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016. La journée est riche en émotions, exceptionnelle pour les participants mais aussi pour les spectateurs qui assistent aux matchs dans une ambiance où se mêlent chaleur humaine et convivialité, malgré le froid et la grisaille. Nous remettons une importante donation de matériel sportif à la Fédération Malagasy de Rugby pour la Commission Jeunes qui les remettra aux clubs de rugby malgaches.

——————

Le 28 juin, nous amorçons notre voyage en direction de Tuléar (900km) le long de la RN7, le circuit le plus parcouru de Madagascar. Pour l’occasion, nous apprêtons un taxi brousse et son chauffeur privatisé et un taxi scolaire et son chauffeur mis à disposition gratuitement par notre partenaire Tozzy Green.

P1070959

Nous faisons notre première escale à Fianarantsoa, où nous passons la nuit dans une discothèque désaffectée en cours de restauration. En reprenant la route de Fianarantsoa le 29 juin, nous traversons de magnifiques paysages, parmi les plus beaux du Sud de Madagascar. Leurs variétés étonnent, fascinent, émerveillent. Rizières, massifs montagneux, villages d’une simplicité incroyable, troupeaux de zébus. Le vert de la végétation, le rouge de la terre malgache : tout se conjugue pour apprécier pleinement l’âme de Madagascar.

12

Le zébu est un animal d’une grande importance à Madagascar. La possession d’un zébu est privilégiée à celle d’une maison ou d’autres biens matériels. Il représente une épargne à long terme (environ 300€).

IMG_5429

Nous arrivons à Satrolaka où est implanté notre partenaire Tozzy Green, où nous sommes hébergés gratuitement. Nous y réalisons une démonstration de rugby et un entrainement avec les enfants du village. C’est la première expérience au contact des enfants pour les participants français et on ne peut que remarquer leur envie de donner et l’immense joie qui se lit sur tous les visages. Pour tenir nos engagement en faveur du développement du rugby éducatif en terres malgaches, nous leur transmettons du matériel sportif.

——————

Le 30 juin, nous partons pour Ilakaka. Le paysage change et devient aride et rocailleux.

15

Ilakaka (prononcer « Ilakak ») abrite le plus grand gisement de saphirs à ciel ouvert au monde. Il est à l’origine de cette ville-champignon qui a poussé à la suite de sa découverte. Ici, c’est un peu le Far West et il ne vaut mieux pas s’y promener seul la nuit lorsqu’on est un vazaha (étranger blanc en malgache).

25

Un groupe part, ballons en mains, à l’assaut de la ville et improvise une initiation rugby dans une école pour le plus grand bonheur des enfants. Les institutrices décident même de banaliser le restant de la journée au regard de l’engouement pour cette toute nouvelle activité. Pour les remercier, une famille offre une poule aux français.

Nous profitons aussi de la beauté du paysage malgache en nous évadant dans le massif de l’Isalo à couper le souffle (prononcer « Ichal ») avec 180km de canyons étonnants entourés d’une savane luxuriante. À la tombée de la nuit, le paysage est lunaire. Le bleu argent de la roche au coucher du soleil à remplacé les teintes ocres à la lumière.

33

Nous nous arrêtons pour manger et dormir à la sortie de la ville, chez Marc Noverraz (show-room Color Line) qui travaille les pierres depuis plus de 20 ans.

——————

Le 1er juillet, nous arrivons à Tuléar et embarquons sur le Jack Sparrow pour un périple de 10 jours, jusqu’au 10 juillet.

IMG_9031

Nous longeons la côte Saphir à la rencontre du peuple Vezo, des pêcheurs qui préservent leur mode de vie traditionnel depuis des millénaires. Le paysage est grandiose : les plages de sable blanc se heurtent à une végétation rude, semblable au maquis que l’on observe en France, le lagon est bleu turquoise et uniquement fréquenté par les pirogues à balancier des pêcheurs vezo.

42

Nous nous déplaçons uniquement en bateau et en trek en longeant la plage. Nous dormons à la fois en mer et sur la terre ferme, en bivouac, lorsque les conditions météo ne sont pas favorables. Toute la logistique est organisée par Terres en Mêlées et les partenaires sur place, des repas locaux sont préparés pour l’ensemble de l’équipage avec des produits frais. Pour ce qui est du couchage, de l’intimité et de l’hygiène, il faut s’adapter car nous sommes pas moins de 25 à bord.

Les journées, nous rencontrons les villageois, les enfants accourent, on partage des moments de vie authentiques, on fait des rencontres insolites, on prend du plaisir à faire jouer les enfants et c’est un vrai dépaysement que de vivre en pleine nature, loin de l’agitation de la ville, dans le calme et la sérénité.

À chaque escale (Ambatouvak, Salary, Ambravoun), nous proposons des interventions rugby au sein des établissements scolaires des villages et nous leur remettons des dotations de matériels sportifs pour leur permettre de poursuivre l’activité. Au total nous avons initié lors de notre passage presque 1000 enfants à la pratique du rugby, tous villages confondus. Nous constatons une nouvelle fois à quel point l’activité suscite l’engouement chez les enfants et la curiosité chez les adultes. Même si elle n’est pas encore implantée de manière pérenne dans la région, ce Raid a démontré que la pratique du rugby peut devenir un facteur de socialisation par le jeu, et pour nous un moyen de délivrer des messages éducatifs forts.

61

——————

Le 11 juillet, c’est les adieux au jack Sparrow que nous laissons à Salary. Nous reprenons la route en direction de Tuléar, cette fois-ci en camion brousse, pas plus typique comme moyen de transport. Le retour est un peu rude pour certains entre ballotage, chargements de marchandises, multiples arrêts. Moins pour d’autres qui se sont installés sur le toit pour mieux apprécier la beauté des paysages. Mais attention à bien s’accrocher.

——————

Le 12 et le 13 juillet, nous repartons pour Antananarivo avec nos deux moyens de transport habituels que nous avions laissé à Tuléar lors de l’embarquement sur le Jack Sparrow. Le retour en France est prévu pour le lendemain. Les têtes sont pleines de souvenirs riches en moments et rencontres inoubliables.

——————

Au revoir vazaha et à l’année prochaine !

——————

Nous remercions nos différents partenaires privés et publics à commencer par Air Madagascar, le Ministère de l’Éducation Nationale Malgache, la Fédération Malagasy de Rugby, ASIRSO (regroupement d’opérateurs privés de la Région Sud-Ouest de Madagascar), le tour opérateur Touramada, l’entreprise Tozzi Green et le cabinet de courtage d’assurance Elysée Courtage.

Ajouter un commentaire